Accueil Histoire et géographie

Histoire et géographie

Histoire

Aujourd’hui inhabitée, la forêt des Nouragues a jadis été occupée et sillonnée par des ethnies amérindiennes. D’après les témoignages historiques, les derniers habitants furent les amérindiens ‘Nouragues’ disparus au cours du 18ème siècle. La réserve naturelle des Nouragues porte d’ailleurs ce nom en souvenir de ses anciens occupants amérindiens. Dans l’histoire plus récente, la région des Nouragues a été témoin des heures de gloire des exploitations aurifères, de bois de rose et de la gomme de balata à la fin du 19ème siècle et début 20ème.

Occupation amérindienne

Dessin amérindiens et polissoirsAu cours du 18ème siècle, après l’arrivée des européens, les indiens ‘Nouragues’ (ou selon les appellations ‘Norak’, ‘Norag’, ‘Nooraco’ ou encore ‘Noragues’) étaient de moins en moins nombreux sur les rives de l’Approuague et quelques groupuscules s’isolaient en forêt. Au 19ème siècle, quelques ‘Norak’ sont signalés sur l’Approuague (en 1808), puis dans le bas Oyapock (en 1831) ; enfin, seulement 9 sont recensés sur le haut Approuague en 1848. Selon les éthnologues, les derniers ‘Norak’ ayant survécu se seraient alliés puis sans doute métissés avec les Wayapi et les indiens métis du bas Oyapock.

Exploitation aurifère

Dessin exploitation or en forêtLa découverte de l’or sur le fleuve Approuague date officiellement de 1855. La crique Arataye est d’ailleurs la première rivière ou fut découvert l’or en Guyane. Ce fut le début des installations de chantiers d’orpaillage. Jusqu’en 1904, l’Approuague connait de grandes exploitations. Puis, à la période des grands placers, se substitue celle des petits placers ou chacun travaille pour soi avec une technique beaucoup plus restreinte et un certain sédentarisme s’affirme. En 1912, sur l’Approuague, dans la crique Ipoucin (à l’est de la réserve), la société Française du Matarony inaugura la drague « Conrad » actionnée par une machine à vapeur à godets de 100 litres ; elle fonctionna de 1914 jusqu’en 1924. A partir des années 30-40, l’exploitation de l’or en Guyane a commencé à décliner. Mais depuis une décennie, la Guyane fait face à une nouvelle ruée vers l’or dont les conséquences écologiques et sociales sont désastreuses. Le nord-est de la réserve des Nouragues est malheureusement touché par l’orpaillage clandestin.

Exploitation du bois de rose

Dessin distillerie bois de rose en forêtAniba rosaeodora (Lauraceae) est un arbre qui produit une essence très odorante. Assez répandu en Guyane au début du siècle, il fut exploité pour l’extraction du Linalol, utilisé en parfumerie. La principale zone de production était la région d’Approuague-Kaw ; il y en avait près de l’Arataye, et même jusqu’aux sources de l’Approuague. Afin d’éviter le transport des bois sur les fleuves, des usines de distillation s’installèrent dans l’intérieur du pays ; ainsi, en 1935, sur 20 distilleries, 13 étaient situées dans le bassin de l’Approuague. L’exportation d’essence de bois de rose augmenta très rapidement dans les années 20 (maximum en 1926). Puis la baisse commença, à cause de la surproduction, la raréfaction des arbres, et la concurrence d’autres pays producteurs. La dernière distillerie ferma néanmoins assez tardivement, en 1970, à Regina. Le bois de rose est intégralement protégé en Guyane depuis 2001.

Exploitation de la gomme de Balata

Dessin d'exploitation de la gomme de balataTout comme l’essence de bois de rose, la gomme de balata fut une production passée de la forêt, qui joua un rôle important dans l’économie de la Guyane à la fin du 19ème et au début du 20ème siècle, jusqu’aux années 30 (Bruleaux, 1990). Le latex, appelé gomme de balata, est issu du Manilkara bidentata (Sapotaceae), arbre imposant très répandu dans toute la Guyane, jusqu’au Brésil et au Venezuela. Dans la région des Nouragues notamment, cette espèce est assez fréquente. Les méthodes utilisées pour récupérer le précieux latex étaient l’abattage, la saignée partielle ou la saignée totale. On laissait ensuite coaguler le latex pour former la gomme de balata ; celle-ci était alors exportée en plaques vers l’étranger. L’appauvrissement progressif de la forêt en balatas dans les zones exploitées fut l’une des causes de la disparition progressive de cette activité.

 

Géographie

Localisation

Carte de localisation et zonages de la RNN des NouraguesLa Réserve Naturelle des Nouragues est localisée dans le quart nord-est de la Guyane française, au cœur de la forêt tropicale humide, loin de toute perturbation d’origine anthropique. Le centre de la réserve se trouve à une centaine de kilomètres du littoral atlantique (Cayenne). Plusieurs criques et rivières dont celle de l’Arataye, affluent de l’Approuague, la traversent.

Géologie

Les roches de Guyane se sont formées principalement il y a plus de 2 milliards d’années, au Rhyacien. La réserve naturelle des Nouragues repose donc sur un socle très ancien, produit d’une histoire mouvementée où roches magmatiques, volcaniques, volcanosédimentaires et sédimentaires se sont intercalées au gré des mouvements de la croûte terrestre.

Les roches les plus anciennes sont nées au mésorhyacien, entre 2,18 et 2,13 milliards d’années. Elles sont liées à l’agrégation de magmas plutoniques associés à des dépôts successifs de formations volcaniques et sédimentaires. Les lithologies magmatiques sont de type TTG (Tonalite-Trondhjemite-Granodiorites)

Vue aérienne Inselberg des NouraguesEntre 2,11 et 2,08 milliards d’années, au néorhyacien, un nouvel épisode tectonique affecte la Guyane. Le magmatisme TTG fait place à un magmatisme granitique : la genèse des granites provient alors de la fusion des TTG précédemment formées. Les granites formés (autrefois appelés « Granites Caraïbes« ) sont à l’origine des Inselbergs.

Saut sur l'AratayePuis, quelques évènements d’origine tectonique vont produire des filons de roches volcaniques nommés dykes de dolérite. L’un de ces dykes suit plus ou moins le cours inférieur de la crique Arataye. Lorsque le fleuve coupe le dyke, il apparait alors les « sauts » (rapides).

Le climat tropical humide a profondément altéré ces terrains anciens (socle et dolérites) qui se retrouvent recouverts par un manteau latéritique épais de quelques mètres à plus de cinquante mètres.

Enfin, une formation sédimentaire récente (quaternaire) marque la vallée fluviale de la rivière Comte (criques Brodel, Mazin et Blanc) dans l’extrême nord de la réserve.

Climat

Pluviométrie Guyane-NouraguesEn Guyane, de manière générale, les températures moyennes sont de l’ordre de 26°C tout au long de l’année et l’humidité relative moyenne est élevée, entre 80 et 90%, selon la saison.  Aux Nouragues, la petite saison des pluies bat son plein en janvier (315 mm) et la grande saison des pluies culmine en mai (410 mm). Le « petit été de mars » voit les précipitations de février descendre en moyenne à 260 mm et la grande saison sèche affiche des précipitations moyennes de 83 mm en septembre et octobre. Toutefois ces valeurs mensuelles sont sujettes à des variations interannuelles considérables liées aux mouvements de la ZIC (Zone Intertropicale de Convergence).

Le microclimat de l’Inselberg

Vue Inselberg des Nouragues et sa végétation adaptée au climat extrêmeSur le relief granitique en partie dépourvu de couverture forestière, règnent des conditions climatiques extrêmes. En saison sèche, la température de la roche peut dépasser 75°C.